Bonne année 2022 ! L’année dernière n’a pas été aussi productive (au niveau du blog, j’entends) que je l’avais espéré. Je ne vous ferais donc pas de promesses en ce mois de janvier que je ne pourrais pas tenir. Je peux toutefois vous partager mes projets et la stratégie que je souhaiterais employer. Je peux vous donner des nouvelles de mon coupé 66 dont le précédent article remonte à avril 2021 (lire « La Mustang souffle sa cinquante-septième bougie ! »)…

Vous l’avez remarqué, j’ai été très peu présent sur le blog ces derniers mois. Les raisons sont nombreuses, et pour une fois, elles ne concernaient pas (essentiellement) mon activité professionnelle. Non, en 2021, je me suis consacré à une autre de mes passions : l’écriture. J’ai produit deux manuscrits (et trois-quarts d’un troisième). J’aime écrire, j’adore ça. Mais diantre, que ça demande du temps pour le faire correctement ! L’un des ouvrages traite en grande partie de mon dernier voyage aux États-Unis tandis que les deux autres sont des fictions. Bref, ce n’est pas le sujet ici, mais je me devais de vous donner mon excuse de l’année 2021. Espérons que je n’en ai pas pour 2022 et que je puisse m’adonner à l’écriture de billets aussi régulièrement que je le souhaite !

L’autre raison pour laquelle j’ai pris un peu de distance avec mon blog, c’est parce que je me suis éloigné temporairement du monde de la Mustang. La mienne était au point mort depuis quelques mois (ou plutôt années !). J’avais finalement décidé, il y a près de deux ans, de la confier à un professionnel reconnu vers chez moi. L’idée était de lui faire terminer les petites bricoles latentes (revoir les freins et mettre le moteur en route, de mon point de vue) dans les règles de l’art. Après des mois d’attente et des décalages de planning, c’est un beau jour de juillet 2021 que mon coupé a quitté le garage sur un plateau. Après une analyse approfondie dans l’atelier du spécialiste, le verdict est tombé… Et les bras aussi m’en sont tombés ! Pas mal d’éléments à revoir pour un maximum de fiabilité, de sécurité et pour pouvoir à nouveau en profiter pleinement. Imaginez une fraiche matinée d’hiver, vous sortez de sous votre couette bien douillette et vous allez prendre votre douche, vous êtes à moitié endormi et vous vous retrouvez sous l’eau encore glacée en une fraction de seconde. Eh bien c’est exactement ce que j’ai ressenti quand je me suis rendu compte de l’ampleur des travaux à réaliser sur la Mustang. 

La pilule a fini par passer, mais pas sans quelques douleurs. Le système de freinage a été entièrement revu pour plus de sécurité, les quelques fuites persistantes (arbre de transmission, pont arrière) corrigées, le flexible de frein arrière fixé au bon endroit, les accessoires du moteur replacés pour un alignement parfait des courroies, etc. Aujourd’hui, la principale difficulté (en dehors de la souffrance de mon compte en banque) est une commande bloquée aux États-Unis depuis plus d’un mois (d’abord à Las Vegas, puis maintenant à Los Angeles). Mais soyons confiants, ça finira par arriver et les opérations pourront reprendre avec, notamment, le changement du faisceau électrique du tableau de bord (le seul qui n’a pas été changé) et le remplacement du pédalier (qui avait été bricolé).

Jusqu’à présent, j’espérais pouvoir retrouver mon coupé au printemps. L’avenir nous dira si tel est le cas. Je ne manquerai pas de vous tenir informé avec quelques photos des travaux et le résultat final (j’ai hâte !).

En attendant, j’ai quelques idées pour le blog. Sans y consacrer mes journées, j’aimerais redonner un rythme dans la publication de mes articles. Ça passera bien sûr par la rubrique principale du site, celle des rencontres. Tous les ans, je me dis que je posterais un billet par mois minimum, et chaque année, c’est un échec. Je vais donc en préparer quelques-uns et tenter, une fois de plus, de relever le défi (si l’on part sur une année civile, on peut considérer que ça commence plutôt mal…). Du coup, si vous possédez une Mustang et que vous souhaitez partager votre histoire, s’il vous plait, rendez-vous sur ce formulaire. Je prendrais alors rapidement contact avec vous ! Les autres rubriques du blog sont en pause et je n’ai pas d’idée spécifique pour les alimenter prochainement. Toutefois, j’aimerais réaliser deux séries d’articles, avec une publication à intervalle régulier sur une saison ou une année. Mes deux projets concernent d’abord une fiction que j’ai commencé à écrire en lien avec la Mustang tandis que le second est lié au récit de la restauration totale d’un cabriolet 67… Je ne vous en dis pas plus. J’espère concrétiser l’une de ces deux idées au moins en 2022.

Je pense avoir fait le tour dans cet article de janvier, un peu plus long qu’à l’accoutumée. J’en profite aussi pour remercier Aymeric (@arcueid) qui passe beaucoup de temps à relire une grande partie des traductions anglaises des textes que je rédige. Et oui, je compte bien continuer à produire les billets dans les deux langues, c’est un exercice enrichissant pour moi. J’envisage, comme l’année dernière, de réaliser une « opération coup de poing » pour mettre en ligne les traductions de tous les articles publiés avant cette initiative (et il y a du boulot !).

Bref, je vous quitte avec une chanson qui me tient tout particulièrement à cœur (elle a le don de me rappeler mon premier road trip aux US, bon c’était dans une Chrysler, mais c’était le fun !).