Nick's Blog

Le 9 septembre 2014, à San Francisco, CALIFORNIA, USA – photos

Avec quelques heures de sommeil seulement, la nuit n’a pas été facile. La faute aux gens (bizarres) de « l’hôtel », aux murs non insonorisés, etc. Mais finalement, ce n’est pas plus mal car j’avais mis mon réveil à 6h15… de l’après midi (PM) ! au lieu de 6h15 du matin. Aujourd’hui, je prends un bus pour Sacramento et j’ai pas mal de route à faire à pieds pour rejoindre l’arrêt de bus.

Après une douche, je sors et me dirige vers l’arrêt de bus. Il est 7h du matin, déjà beaucoup de monde dans la rue. Il fait encore frais mais c’est supportable. Me voilà parti pour 2 miles (3,22 km) pour bien commencer la journée. Plus j’avance, plus les rues sont dépeuplées jusqu’à ce que j’arrive proche de la gare où les seuls occupants sont des SDF, errant un peu partout dans la rue. Lorsque j’arrive à la gare routière, l’atmosphère est meilleure et de nombreuses personnes sont en activité. Certaines attendent debout devant le Subway ou la pâtisserie de la gare, d’autres prennent déjà leur petit-déjeuner quand certains font simplement des va-et-vient entre les différentes compagnies de bus. Quant à moi, je me dirige vers le Starbucks du coin. J’ai envie d’un cookie et d’un chocolat chaud. Je commande alors mon « hot chocolat », un cookie et une « Washington Apple Pound Cake » (que je n’avais pas pu prendre à Malibu). Je m’installe à une table où je dois faire déplacer le sac à main de la femme assise en face de moi, ce qui me vaut une remarque de l’homme qui est assis à côté de moi (« ce n’est pas très sympa de faire déplacer le sac à main d’une femme, et pourtant vous avez l’air d’être une personne très sympa »). Je souris. Je traite quelques emails en mangeant mon petit-déjeuner puis, au bout d’un moment, tandis que je lis assidument sur mon MacBook quand…

La femme, en face de moi, qui étudie un livre de droit avec assiduité renverse son grand café sur la table. Le Mac consomme un peu de café lui aussi. Elle est vraiment désolée. Je regarde l’homme assis à côté de moi et lui lance : « vous aviez raison : ne jamais demander à une femme de déplacer son sac à main ». Heureusement, si j’écris ces lignes maintenant (une petite demi-heure après les faits) c’est que l’ordinateur a survécu. Déjà 8h21, le bus part à 9h. Il va falloir commencer à aller faire la file à la gare avant deux heures enfermé dans le bus. Effectivement, la file d’attente est déjà longue. Je m’annonce et me place à l’arrière. Lorsque l’on peut monter dans le bus, je m’installe en haut, traite encore quelques emails et soucis de calendrier pour le boulot puis sort le routard et tente de prendre un peu de repos. Dans le bus, une annonce est faite : le trajet de retour de 17h45 (celui que j’avais pris) est annulé. Il faudra donc prendre celui de 15h. Super… J’aurai difficilement le temps de tout faire, tant pis, on fera l’impasse sur le repas de midi.

Arrivé vers 11h à Sacramento, j’achète un ticket de transports pour la journée. C’est 6$. J’insère un billet de 10$, la machine me dit de retirer le titre de transport et la monnaie. Il n’y a pas de monnaie… La journée commence bien ! Je prends le tram puis arrive à Sacramento Downtown. C’est plutôt sympa. Il y a plusieurs grand bâtiments (sans vraiment être des gratte-ciels) mais ils sont relativement espacés. Sacramento est vraiment petit comparé à San Francisco ou Los Angeles. Ca ne fait pas vraiment capitale (c’est pourtant la capitale de la Californie) mais j’aime bien.

Là, je me rends au Capitol. Le bâtiment administratif de la capitale de Californie. C’est très grand. Je fais quelques photos d’extérieur puis m’avance. Là, j’essaie d’entrer (il me semble qu’il y a une partie musée). Un gardien à l’intérieur me fait signe d’entrer et me dit de faire comme à l’aéroport. Effectivement, à peine ai-je le pied à l’intérieur du bâtiment qu’il faut passer le contrôle métallique. Pas de soucis.

A l’intérieur, je visite un peu. Il y a beaucoup de pièces qui ont été restituées comme à l’époque. C’est très bien fait. Et tout à l’air propre et récent (c’est bien entretenu). Je croise une dame d’un certain âge habillée comme à l’époque 1900. Elle me demande d’où je viens, me dit qu’elle vient de croiser des parisiens et me propose d’aller manger du gâteau car on commémore aujourd’hui l’anniversaire de l’état de Californie. Les 164 ans de l’état. Super, j’assiste à l’anniversaire de mon état préféré et dans son bâtiment principal !! Je la remercie et continue mon tour. Je cherche ensuite le fameux endroit où se trouve le gâteau… Impossible à trouver. Je monte même jusqu’au dernier étage (le troisième) où peu de personnes ne s’aventurent. C’est grand. J’entre dans la chambre du sénat. Je vais ensuite faire un tour au sous-sol (peut-être que le gâteau s’y trouve…). Non, c’est la cantine. Mais le bâtiment est vraiment très joli (le sous-sol tout particulièrement).

Je finis par ressortir. L’heure tourne. Je décide de me rendre dans le parc situé derrière le Capitol. Là, je passe par le nord et je vois des personnes sous un chapiteau. Ils distribuent de la crème glacée. Le voilà le fameux gâteau !! Je discute brièvement avec une volontaire puis attrape une assiette avec deux boules de crème glacée à la vanille.

Ensuite, je vais faire un tour au parc. Il n’y a pas grand chose à voir. Beaucoup de mendiants (que je n’ai d’ailleurs vu que dans le parc, pas ailleurs dans la ville, si ce n’est à la gare routière quand je repartirai). Je file ensuite, à pieds, vers le Vieux Sacramento. C’est assez vieux, on se croirait dans un western avec quelques « coffee saloons » et magasins comme avant. La vieille ville se trouve sur les berges de la rivière Sacramento par laquelle arrivèrent les premiers colons. La rue est pavée et on peut admirer la vieille gare, quelques bateaux à roues à aubes et des vieux bâtiments en briques et en bois.

J’en profite pour admirer le Harbour Bridge de Sacramento. Il est loin d’être aussi beau et imposant que le Golden Gate Bridge de San Francisco mais il est intéressant à voir.

Je me dirige ensuite vers le California State Railroad Museum. Il ne me reste qu’une heure… Dans le bâtiment, un wagon entier est posée à l’entrée. J’explique à la personne à l’entrée que je n’ai qu’une heure et que ça ne vaudra surement pas le coup que je fasse la visite. Je la ferai une prochaine fois. Il me demande d’où je viens, je lui réponds. Il me dit que ce ne serait pas correct de me faire payer car je n’aurai pas le temps de tout faire mais il me fait rentrer (gratuitement, l’entrée coûte normalement 10 dollars). Merci monsieur ! Je visite. Les trains sont assez impressionnants et on peut entrer dans la plupart d’entre eux. L’un est un train restaurant où les gens pouvaient manger. Ils sont d’époque (années 1920 ou 1930). Un autre est un wagon couchettes qui bouge même à l’intérieur pour simuler le roulement. Je discute à l’intérieur avec un employé. Il me dit qu’en France on a la chance d’avoir le TGV. Il y a un projet de train de ce type en Californie mais il sera surement mort d’ici que ça se fasse (en gros c’est repoussé chaque année). Je monte ensuite au deuxième étage pour admirer la vue (de dessus) de tous les wagons. C’est très joli. Il y a aussi une partie dédiée aux trains en jouets.

Je ressors et commence à me diriger vers le tram lorsque la faim se fait sentir (il est environ 14h). Un Starbucks se trouve en face de la rue. Je prends un panini dinde / pesto à emporter.

Je monte dans le tram. J’arrive à la gare routière. J’ai une vingtaine de minutes devant moi. J’attends. J’attends. J’attends encore. Il est 15h, toujours pas de Megabus (le bus de la compagnie que j’ai utilisé pour venir). Je vérifie le site internet mais il n’y a pas d’indication supplémentaire. J’attends. Il est 15h20. Toujours pas de Megabus. Je commence à m’inquiéter et vérifie de nouveau le site internet. Mon bus de 17h45 est réapparu. Celui de 15h, lui, n’y est pas… Je tente d’appeler Megabus mais mon téléphone n’a plus qu’1% de batterie. Au passage, j’assiste à l’interpellation d’un jeune homme sortant du tram accompagné par un policier qui l’interroge sur un banc près de l’arrêt. Il sera plus tard emmené par une voiture de police qui viendra à sa rencontre.

Un Starbucks se situe non loin de là. Je m’y rends pour charger mon téléphone. J’en profite pour charger mes photos sur Internet, écrire cet article et vérifier mon billet Megabus. Il affiche bien 17h45. Merci Megabus… J’ai perdu une bonne partie de la journée. Ca ne vaut plus le coup de retourner dans le downtown, il faut une demi heure pour y aller, il y a des trams toutes les 10 à 15 minutes…

De nouveau devant le bus, j’attends, vérifiant à plusieurs reprises l’état du trajet sur le site internet. Puis, vers 17h30, je vois une file d’attente se former. J’y vais. C’est bien Megabus. Je m’enregistre auprès de l’employé chargé de vérifier les personnes inscrites. Le bus finit par arriver. Je monte. Le bus part. J’ai marché environ 4 miles (6,5km) à Sacramento (c’est peu, comparé aux autres jours). En tout, j’aurai fait un peu plus de 12 km dans la journée.

Je m’endors quelques minutes dans le bus et, quand je me réveille, je vois la baie de San Francisco. En arrivant dans la ville, j’ai l’impression d’être à Toronto. Je n’avais pas remarqué le grand nombre de gratte-ciels qu’il y avait à San Francisco ! C’est impressionnant.

Sur la route, en rentrant à l’hôtel, je m’arrête au Chipotle, une chaîne de restaurants mexicaine. Je commande un burrito. C’est vraiment bon !!!  

Je rentre ensuite à l’hôtel pour me reposer, enfin ! La journée de demain sera bien plus relax. N’ayant pas pu réserver ce que je souhaitais… (tant pis, ce sera pour vendredi !)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *