Nick's Blog

Le 6 septembre 2014, à Watsonville, CALIFORNIA, USA – photos

Levé à 7h10 pour prendre une douche, ranger mes affaires et aller prendre le petit-déjeuner à l’hôtel après une bonne nuit de sommeil. Hélas, le moment tant redouté depuis que je suis en Californie est arrivé : il pleut ! Il ne pleut pas vraiment mais il y a beaucoup de brouillard et une fine pluie. Le temps est mauvais. Heureusement, j’ai prévu d’être sur la route toute la journée. Ç’aurait pu tomber à un pire moment.

La salle du petit-déjeuner est petite et surtout complète. Je me sers un café, un muffin, je me fais une waffle (gaufre) et attends… attends… attends… Finalement, un couple asiatique qui a bien profité du petit déjeuner (qui a pris son temps, qui a mangé pour la journée) daigne sortir de table. Je m’installe rapidement avant que quelqu’un ne prenne la place et peut enfin profiter du petit-déjeuner (manger rapidement sous le regard des personnes qui attendent, debout).

Je retourne dans ma chambre, récupère mes affaires et rends les clés. Je pars en direction de Solvang où je dois rejoindre mes amies Sarah et Bénédicte (qui font la route de SF à LA) pour un (deuxième) petit déjeuner. Ce sera rapide, la petite ville est située à 9 minutes en voiture de mon hôtel. Je serai en avance.

Le lieu de rendez-vous est le Olsen’s Danish Village Bakery & Coffeeshop. Je profite de mon avance pour commencer à rédiger mon article. L’endroit est plutôt sympa, plusieurs personnes prennent leur petit-déjeuner. Il y a un endroit couvert et un autre en terrasse. Je m’installe à l’intérieur. Je suis rapidement rejoint par deux jeunes femmes qui ont besoin de charger un iPhone, je leur prête mon chargeur et elles s’installent à ma table. On parle un peu. Elles viennent de Los Angeles et me conseillent d’aller voir Big Sur qui se trouve sur ma route pour aller à San Francisco.

Sarah et Bénédicte arrivent. Nous discutons une bonne heure ensemble (ça faisait presque trois mois que l’on ne s’était pas vu. Je réserve mon hôtel pour ce soir. On décide ensuite de manger, on a faim. On mange dans un petit restaurant. Je commande un burger (bien épais) avec des frites ainsi qu’une bière à la framboise.

Après manger, nous repartons, elles vers le sud (Los Angeles), moi vers le nord (San Francisco). J’ai de la route à faire, il ne faut pas perdre de temps. Les deux jeunes femmes de Los Angeles m’ont conseillé de voir le Big Sur tandis que mes amies m’ont encouragé à aller voir Cambria (une petite ville charmante) ainsi que la Piedras Blancas Elephant Seal Rookery. Je m’y dirige. Je m’arrête quelques fois sur la route pour prendre des photos mais le temps ne me permet pas de m’arrêter aussi souvent que je le voudrais. J’aimerai être à Big Sur pour le couché du soleil. Je m’arrête finalement à Cambria. C’est petit, il n’y a pas grand chose d’ouvert. J’entre dans un “restaurant” (qui est plutôt un fast food) ouvert et commande un café. Les toilettes sont vraiment sales (d’ailleurs ce sont des toilettes chimiques, les toilettes officiels sont fermés…). Je vais à la station essence du village mais il y a beaucoup de monde. Impatient, je reprends la route, je m’arrêterai plus tard.

Je m’arrête encore une fois pour admirer la vue. Là, une femme âgée me demande si j’ai vu les baleines. Je lui dis que non et elle m’explique qu’il y en avait de nombreuses aujourd’hui à cet endroit. Je suis déçu, je les ai encore loupé !!!! Décidément… Je reprends la route. Puis je m’arrête une deuxième fois à la plage des Elephant Seal Rookery. Là, des dizaines de lamantins sont allongés sur la plage tandis que d’autres sont dans l’eau. C’est assez impressionnant. Je prends des photos. Et je repars.

Il faut que je trouve une station d’essence rapidement si je ne veux pas tomber en panne… Rien, uniquement la campagne, je suis au milieu des montagnes, parfois il y a des points de vue sur l’océan mais rien de plus. Je commence à désespérer quand… Je vois un panneau affichant Big Sur. Je l’imaginais beaucoup plus loin. J’y vais, peut-être y aura t-il une pompe. Bingo! Première fois que je prends de l’essence aux USA. Il faut d’abord aller demander à la personne qui tient la “boutique”, lui donner la carte bancaire et lui demander de déverrouiller la pompe X, prendre l’essence puis retourner payer. Ca marche plutôt bien. La voiture avait soif. Ce petit breuvage m’aura couté plus de 60 dollars !

Je profite du lieu pour aller marcher un peu sur le point de vue duquel on peut admirer non seulement l’océan et l’eau qui se précipite contre la falaise mais aussi les collines alentour. J’attends le couché du soleil. Vers 18h45, je me dirige de nouveau sur le bord de la falaise pour le voir. J’admire la vue… Tiens, une éclaboussure au loin, puis deux, puis beaucoup ! Serait-ce… Oui, ce sont bien des baleines !! Tel un enfant, je regarde, ébahit, les baleines faire des sauts au loin.

Malheureusement, l’objectif de mon appareil photo n’est pas assez puissant et le brouillard, au loin, m’empêche de faire de belles photos. J’essaierai pourtant durant près d’une heure. La dernière photo que je fais est passable. J’observe ces baleines effectuer leur balai devant le couché de soleil. C’est magnifique. Mais il fait froid. Très froid. Je repars finalement mais je n’ai aucune idée du temps qu’il me reste à faire sur la route. La connexion 4G ne fonctionne pas ici. Impossible de voir où je vais. Heureusement, la route 1 est simple, soit on prend au Sud, soit au Nord. Comme je vais au Nord… Je m’arrête une dernière fois pour admirer ce qu’il reste de la journée sur une petite aire de la route.

Il fait nuit maintenant. La route est longue mais agréable. La grande majorité des voitures se garent sur le côté pour me laisser passer lorsque j’en ai devant moi (je ne roule pas excessivement vite mais je pense que les gens aiment prendre leur temps sur ce genre de routes). J’aperçois un panneau qui indique « 24 miles » avant Big Sur. Je me dis d’abord que je suis parti dans le mauvais sens mais la raison me dit que non (l’océan est sur ma gauche, je vais donc bien au Nord). En fait, il s’agissait en fait de Ragged Point.

Finalement, après un peu plus de 2 heures, j’arrive à l’hôtel vers 22h20. Le réceptionniste (un indien, encore) insiste sur le fait que la chambre est non fumeur (au moins trois fois). Peut-être est-ce parce que je suis français… Bref, je récupère les clefs, entre dans la chambre, qui est assez grande mais dont la propreté laisse à désirer, et rédige la fin de mon article devant « Moulin Rouge » avec Ewan McGregor en version allemande.

Au final, j’aurai passé une partie de la journée sur la route pour faire environ 209 miles soit environ 340 kilomètres. Demain, il me faudra faire 90 miles environ (144 km).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *