Nick's Blog

Le 1er septembre 2014, à Los Angeles, CALIFORNIA, USA – photos

Réveillé ce matin avec un petit mal de gorge (merci la clim !), j’ai quand même assez bien dormi. Après une bonne douche, je boucle ma valise, dit au revoir à tout le monde (Anna, Lin, Akos, et un grand merci à Martin) tandis que Perry me conduit à la station de métro. Le métro arrive rapidement, je saute dedans, m’installe et c’est parti pour une nouvelle aventure. Direction Los Angeles !!

Après une correspondance, j’arrive à Union Station. Encore un endroit vu dans Chuck et dans bien d’autres films / séries. J’en profite pour faire une jolie photo avant de sortir de la gare pour voir ce qu’il y a autour. Je marche un peu et me retrouve devant le Los Angeles City Hall. Je commence à avoir faim (je n’ai pas déjeuné ce matin et pas mangé hier soir), je me rend donc au Starbucks le plus proche. Il est complet, j’attends donc un peu, commande un café et un panini avant de ne m’installer. Je peux charger mon téléphone, mon ordinateur et commencer à rédiger cet article ainsi que répondre à quelques e-mails assez urgents. J’attends 12h00 pour me rendre à l’hôtel où je pourrais poser ma valise avant de repartir découvrir la ville de mes rêves (jusqu’à aujourd’hui tout du moins) ! Oh tiens, un homme assis sur un petit meuble vient de s’écrouler par terre et renverser son café sur lui… Je me disais bien qu’il ne fallait pas s’assoir là-dessus.

Sur le chemin de l’hôtel, je rencontre de très nombreux mendiants dans la rue. Il semble même y avoir des places entières qui leur soit « réservés ». Certains parcs sont totalement occupés par des mendiants. C’est surprenant, triste et ça donne une mauvaise image de la ville. Michelle, rencontrée au barbecue chez Martin me confirme par message que c’est exactement ce qu’il se passe ici. Cherchant mon bus, je m’aperçois que toute la rue où le bus passe normalement est fermée. Une personne de la sécurité m’indique de contourner le chantier. Oui merci, mais je fais comment pour prendre le bus moi ? Je recalcule donc un itinéraire avec l’iPhone. Celui-ci m’indique que je pourrais accéder à l’hôtel depuis la Gold Line du métro que je pourrai prendre à Union Station (là où je suis arrivé plus tôt dans la matinée). J’y retourne donc. La gare est assez grande mais je finis par trouver le bon métro.

L’hôtel se trouve dans le East Los Angeles (LA Est). Dernièrement, j’ai vu dans une série que l’East LA n’étais pas le meilleur endroit de la ville. C’est vrai. Arrivé à Soto (la station la plus proche de mon hôtel), je remarque de nombreuses voitures à moitié démontées.L’hôtel apparait au loin, juste à côté d’un McDonalds (ça tombe bien, je n’irai pas !). Je rentre. Ca n’a pas l’air terrible, en même temps je m’y suis pris au dernier moment (à la base j’avais prévu un dortoir dans une auberge de jeunesse) et un indien m’accueille. Il me demande une pièce d’identité, de remplir un formulaire, de payer, etc. Il me donne ensuite la clé de ma chambre. J’entre dans ladite chambre. Elle est petite, une télévision à écran cathodique (oui oui ça existe encore apparemment !), un ventilateur et un mini frigo sont les seuls appareils qui composent cette chambre. J’entre dans la salle de bain : un toilette et une douche. Je cherche à me laver les mains. Ah mince, pas de lavabo !!! Je cherche bien. En fait il y a effectivement un mini lavabo dans la chambre. Vraiment mini ! Tant pis, ça fera l’affaire. J’ouvre l’ordinateur et tente de me connecter à Internet. Impossible ! En effet, pas de Wi-Fi. Il faut que je demande à l’accueil s’il y a un réseau caché ou autre mais ça m’étonnerait.

En descendant, je demande si le WiFi est disponible. La personne me répond que oui et me donne le mot de passe. Lorsque je réessaierai dans la soirée, ça fonctionnera effectivement, mais lentement… très lentement !

Je me rends au 1329 Carroll Avenue, à Los Angeles. Je m’aperçois qu’une fille me suit. Là, je découvre le bâtiment que je m’attendais à voir et c’est assez marrant car ça me projette bien des années en arrières, lorsque je regardais Charmed le samedi soir. Ce bâtiment est effectivement le manoir des sorcières Halliwell dans la série. Et la fille qui me suivait vient pour la même raison que moi. Elle me demande d’ailleurs de la prendre en photo. Je rencontre également une ukrainienne et une mexicaine avec qui je parle brièvement. Pendant que nous parlons, un vieil homme aux longs cheveux et la grande barbe blanche s’approche. C’est le gardien des lieux… Et il nous propose de faire un tour dans la maison. On accepte, évidemment. Il nous ouvre les portes et je lui demande si les décors intérieurs n’ont pas été tournés ailleurs à San Francisco, c’est ce que j’avais lu… Et bien les scènes d’intérieurs ont bien été tournées dans cette maison de Los Angeles !

Finalement, je repars pour ma prochaine destination : le Dodger Stadium. Je suis un peu fatigué et ne souhaite pas rentré trop tard. Je me dirige donc à pieds vers le stade et passe par toutes sortes de rues plutôt jolies qui me font, une fois encore, beaucoup penser à San Francisco. Il y a beaucoup de maison du même style que celle de la série Charmed. Soudain, un peu avant l’entrée du stade, des agents de sécurité (de la police) font la circulation. On dirait bien qu’un match se prépare. Je monte quand même la rue qui mène au stade (à pieds). Je suis un peu surpris quand l’un des agents me dit bonjour. Un autre va même jusqu’à me demander si ma journée se passe bien. Je le remercie et lui retourne la question. J’en profite pour le questionner sur le match. Il y en a effectivement un et me prie d’aller voir du côté des guichets pour savoir s’il y a toujours des places en vente. Ce que je fais de ce pas. J’explique au guichetier que je n’y connais rien et que c’est mon premier match et que je n’ai pas envie d’y mettre plus de 40 dollars (en fait j’ai tellement envie de voir un match, à LA d’autant plus, que je pourrais y mettre 60). Il me vend une place pour 45 dollars. Parfait. C’est les Dodgers (Los Angeles) contre l’équipe de Washington.

De nombreuses personnes portent une casquette « LA » bleue exactement comme celle que je voulais prendre. Je me rends rapidement compte qu’il s’agit d’une casquette des Dodgers (l’équipe de baseball de Los Angeles). J’en achète une après avoir négocié un peu. Je m’achète également une grande bouteille d’eau (6,5 dollars !!) puis un Dodger Dog (hot dog) avec un grand Coke (Coca-Cola). J’entre dans les gradins, tout excité. Ma place est plutôt pas mal, je suis presque au niveau de la pelouse, tout en bas. Je vais pouvoir faire quelques photos. Après une heure et demi, le match commence avec le National Anthem (hymne nationale). Debout, la casquette dans la main gauche, la main droite sur le coeur, nous chantons l’hymne des États-Unis d’Amérique pendant que le drapeau américain flotte sur chaque écran. Mais durant l’attente, ma peau a eu le temps de passer à la couleur rouge vive ! Une famille américaine (les deux petits enfants, les parents, la grand mère et l’arrière grand mère) est installée devant moi et je les vois mettre de la crème solaire en petit conditionnement. Je leur demande donc où ils l’ont eu. La mère m’indique l’endroit et je m’y rend aussitôt, essayant de limiter les dégâts. Ouf, je peux m’en mettre enfin (même si le pire a déjà été fait). Pendant que je prends quelques photos des joueurs, l’un de l’équipe de Washington (Martinez) me fait un signe, je lui retourne.

Plusieurs balles sont jouées, l’une d’entre elle me passe au dessus de la tête mais je la manque. Un peu plus tard, c’est un « Home Run » pour l’équipe de LA. Il y a une très bonne ambiance et les supporters de chaque équipe se respectent. D’ailleurs il y a un spot publicitaire qui indique que l’on doit se respecter. Plus tard, durant le jeu, une balle atterrit de nouveau dans les gradins mais cette fois-ci, dans le verre de soda d’un supporter. C’est amusant. A un autre moment, une balle atterrit sur la chaise devant moi (vide) et la mère de famille l’a presque attrapé lorsqu’un autre vient la lui prendre des mains pratiquement. Celui qui est installé à côté de moi lance « People became crazy for a ball, man! ». Le match dure quatre heures. C’est énorme et après deux heures (en plein soleil), je commence à me lasser. Finalement, le soleil passe derrière les gradins et la chaleur tombe un peu. Heureusement, il y a quelques (petites) pauses tout au long du match avec de nombreux spots publicitaires pour les voitures de la marque Chevrolet et pour de la nourriture (de la malbouffe en fait). Différentes activités rythmes ces pauses qui sont heureusement pas trop longues. On peut voir le visage de personnes dans les gradins sur les écrans tout au long du match, à un moment on a le « Kiss Cam » (les couples filmées doivent s’embrasser), le « Quarter minutes to win it » (un jeu), le « Name That Tune » (il faut deviner la chanson qui est passée), etc. Bref, c’est une très bonne expérience. Je suis ravi.

Je rentre. il me reste 14% de batterie pour mon téléphone, juste assez pour calculer mon itinéraire et rentrer à l’hôtel. Je fais une bonne partie du trajet à pieds (pas le choix pour quitter le stade) et c’est assez étrange car la sortie ressemble un peu à une autoroute, les piétons sur le bord. Heureusement, les gens respectent les limitations de vitesses qui sont assez basse. Je finis par tomber sur la Gold Line du métro à China Town et je peux enfin rentrer et souffler un peu. Au passage, je fais quelques photos de Los Angeles de nuit (les grattes ciels).

Bref, ce fut une très bonne journée. J’ai pu assister à un match de baseball, chose que je ne pensais plus possible en arrivant au bon moment au bon endroit et tout ça sans rien savoir…

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *